sosai oyama

Masutatsu Oyama est né le 27 juillet 1923, en Corée du Sud.  Son village est proche de la mer Jaune, qui pendant des siècles a été occupée par des pirates chinois et japonais, tristement célèbres pour leurs pillages le long de la côte.  Son nom de naissance est Yong-I-Choi mais quand il a émigré au Japon, il a subi des pressions qui l'ont amené à prendre un nom japonais.   Il a choisi Oyama, qui signifie « grande montagne », en l'honneur de la famille avec laquelle il se lia d'amitié et avec laquelle il immigra au Japon. Comme son père, Sun Hyang, et ses trois frères, Yong-I-Choi était exceptionnellement bien bâti.  La famille, qui était assez riche, avait une très grande propriété et son père était aussi le maire de Kinje.  Le chemin de l'école primaire Yongee était sale et étroite, et comme les autres enfants, Hyung Yee devait marcher dix kilomètres pour aller à l'école.  

Découverte des arts martiaux

Relativement jeune, il fut envoyé en Mandchourie, dans le sud de la Chine pour vivre à la ferme de sa sœur.  À l'âge de neuf ans, il commence à étudier le Kempo (la style de la Chine du sud) appelé Dix-huit Techniques (Shaku-Riki système).  Son professeur était M. Yi qui, à l'époque, travaillait sur la ferme de sa sœur.  Mas Oyama a étudié avec M. Yi pendant environ deux ans.  Il a atteint un niveau équivalent à Shodan.

À l'âge de 13 ans, il est retourné en Corée pour vivre avec sa tante à Séoul et à fréquenter l'école secondaire de premier cycle.  Yong-I-Choi n'était pas vraiment intéressé par son travail scolaire.  Il préférait être à l'extérieur, pêcher et nager avec ses amis.  La seule chose qui l'intéressait le plus était l'athlétisme.  Il a fait du football, ainsi que de la course de fond.  Même s'il a démontré aucun intérêt quand ses frères ont tenté de lui apprendre la boxe, il a finalement évolué vers un art martial nommé Taiken.  Il était très dévoué et manquait rarement une occasion de s'entrainer.  Taiken est un art martial coréen qui est un mélange de Kempo (qui est similaire au Kung Fu) et Ju Jitsu.  Les techniques de combat utilisées à la fin de l'ère Silla étaient un mélange d'arts martiaux chinois et coréens, en favorisant les techniques de main chinoises.  C'était très différent des anciens arts martiaux coréens qui contenait beaucoup de techniques avec la tête, les coudes et les pieds.
L’étude du Karaté au Japon

Cette entraînement s'est poursuivie jusqu'à ce que Mas Oyama eu 15 ans.  À ce moment-là, il s'installe à Tokyo, au Japon pour une formation d'aviateur.  Il voulait être comme Bismarck, son héros de l'époque.  Il était inscrit à l'Institut d'aviation des jeunes de Yamanashi.  La survivre à cet âge s'avère plus difficile qu'il pensait, en particulier en tant que Coréen au Japon, alors sa formation d'aviateur est tombée à l'eau.  Pendant ce temps, il débute un entraînement de boxe et de judo.  Un jour, il a remarqué l'entraînement de certains étudiants dans le Karaté d'Okinawa.  Il a alors commencé à s'entraîner au dojo de Gichin Funakoshi à l'université de Takushoku, où il a appris ce qui est connu aujourd'hui sous le nom de Shotokan Karaté.  Ses progrès étaient très rapides et très impressionnants.  À l'âge de 17 ans, il était déjà un 2e Dan.  À l'âge de 20 ans, il était un 4e dan.  À ce point, il a également développé un intérêt sérieux pour le judo et ses progrès étaient là aussi très impressionnants.  Au moment où il a arrêté son entraînement de judo, moins de quatre ans après avoir commencé, il avait atteint le niveau de 4e dan en judo aussi.

Une retraite dans les montagnes

À cette époque, Mas Oyama a joint la Butokukai, le centre de formation pour l'armée impériale japonaise.  Le Butokukai était spécialisé dans la guérilla, l'espionnage et le combat de corps à corps.  Sosai passe deux ans dans cette organisation qui a disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale.  La défaite du Japon a été très difficile à accepter pour Mas Oyama.  Il a décidé de poursuivre son entraînement sous la direction du maître So Nei Chu qui était aussi un Coréen (de la même province qu'Oyama) vivant au Japon.  Il était un expert en Goju et élève de Chojun Miyagi, le fondateur du Karaté Goju.  So Nei Chu, réputé pour sa force physique et spirituel, était le principal expert en Karaté Goju au Japon à cette époque, juste après Sensei Miyagi.  C'est Maître So qui a encouragé Sosai Oyama à entreprendre sa retraite en montagne pour renforcer ses compétences techniques et tempérer son esprit.  Mas Oyama était accompagné par un de ses propres étudiants, mais après six mois d'isolement, l'élève s'enfuit secrètement pendant la nuit.  Cette fuite laisse Mas Oyama poursuivre son entraînement seul, ce qui le rend encore plus difficile pour lui car maintenant, il rêve de retourner à la civilisation bien plus qu'avant.  So Nei Chu lui a écrit et lui a suggéré de raser un sourcil afin de se débarrasser de l'envie de revenir.  Sûrement il ne voudrait que personne ne le voit de cette façon!  Ceci et d'autres paroles encore plus émouvantes ont convaincu Oyama de continuer, et il s'est résolu à devenir l'homme de karaté le plus puissant au Japon.  Bientôt cependant, son sponsor l'a informé qu'il n'était plus en mesure de le soutenir.  Ainsi, au bout de 14 mois, il doit mettre fin à sa solitude.  Quelques mois plus tard, en 1947, après son retour à la civilisation, il a testé ses capacités dans la division du karaté lors du premier Championnat National des Arts Martiaux Japonais et il a gagné.  Cependant, il se sentait vide pour ne pas avoir complété ses trois années de solitude.  Il a alors décidé de consacrer sa vie entièrement à l'art du karaté.  Il a recommencé son entrainement - cette fois sur le Mont Kiyozumi qui était également dans la préfecture de Chiba.  Il a choisi ce site pour son élévation spirituelle.

Entrainement dans les montagnes … encore

Cette fois, son entraînement a été fanatique - 12 heures par jour, chaque jour, sans jours de repos.  Il était debout sous des chutes d'eau froide tremblante, éclatait des pierres de rivière avec ses mains, utilisait les arbres comme Makiwara et sautait par-dessus des plantes de lin des centaines de fois chaque jour.  Chaque jour a également inclus une période d'études des anciens classiques sur les arts martiaux, le Zen et la philosophie.  Après dix-huit mois, il descendit des montagnes, plein de confiance en lui-même et capable de prendre le contrôle de sa vie.  Jamais encore il ne serait si fortement influencé par la société autour de lui (bien qu'il soit probable que les circonstances ne furent jamais si traumatisantes).

Démonstration de son Karaté

sosai oyama taureau

En 1950, Sosai Mas Oyama a commencé à tester (et à démontrer) sa puissance lors de combats de taureaux.  En tout, il a combattu 52 taureaux, dont trois ont été tués instantanément.  Les 49 autres ont perdu leurs cornes.  Il ne faut pas dire que tout cela était si facile pour lui.  Oyama aimait rappeler que lors de sa première tentative, le taureau était simplement furieux.  En 1957, à l'âge de 34 ans, il a presque été tué au Mexique quand la corne d'un taureau est restée prise dans son dos.  Oyama réussi à tirer le taureau hors de lui en cassant sa corne. Ça lui a pris six mois pour guérir de cette blessure habituellement fatale.  Aujourd'hui, les groupes de défense des animaux auraient quelque chose à dire sur ces manifestations, même si tous ces animaux étaient déjà destinés à l'abattage.

En 1952, il a voyagé aux États-Unis pendant une année, démontrant son karaté en direct et à la télévision nationale.  Au cours des années suivantes, il répondit a beaucoup de défis, le résultat étant des combats avec 270 personnes différentes.  La grande majorité d'entre eux ont été battus à un coup de poing!  Un combat n'a jamais duré plus que trois minutes et durait très rarement plus que quelques secondes.  Son principe de combat était simple.  S'il vous frappe, vous briseriez.  Si vous bloquez un coup de poing dans les côtes, votre bras serait cassé ou disloqué.  Si vous ne bloquez pas, vos côtes seraient cassées. Ainsi, il est devenu connu sous le nom de « Godhand », une manifestation vivante du dicton du guerrier japonais « ichi geki, hissatsu » ou « une attaque, une mort certaine ».  Pour lui, c'était le vrai but de la technique du karaté.  Les jeux de pieds et de techniques complexes étaient secondaires (même s'il était connu pour la puissance de ses coups de pied à la tête).  C'est durant une de ses visites aux États-Unis que Sosai Masutatsu Oyama a rencontré Jacques Sandulescu, un Roumain de grande taille (190 cm de haut et 190 kg de muscle) qui, plus tard, est devenu très connu en Kyokushin.  Ils sont rapidement devenus amis et le sont restés jusqu'à la fin de la vie de Sosai Oyama. Shihan Jacques Sandulescu (21 février 1928 – 19 novembre 2010).
Sosai Oyama - Hand of God

Au Japon, puis à travers le monde, Masutatsu Oyama a su faire connaître le Kyokushinkai avec la parution du livre "Vital Karaté", puis d'une véritable encyclopédie de 3 volumineux ouvrages : "What is Karaté", "This is Karaté" et "Advanced Karaté", où les différents aspects du travail du Kyokushinkai sont analysés et détaillés. Il a aussi publié un condensé de son cheminement tout au long de la voie sous le titre "The Kyokushin way" (La voie Kyokushin). Maître Oyama est devenu de son vivant une véritable légende. Il a créé un style (Kyokushin signifie "ultime vérité") ou les combats se déroulent au K.-O. La casse et l'endurance servent aux élèves à se tester et à se surpasser ; kihon et kata y sont les outils principaux permettant à chacun de progresser sur la "voie".

Le premier Dojo de Sosai

sosai oyama groupe

En 1953, Sosai Masutatsu Oyama a ouvert son premier dojo, un bout de terrain avec beaucoup d'herbe à Mejiro, Tokyo.  En 1956, son premier vrai dojo est ouvert dans un ancien studio de ballet derrière l'Université Rikkyo, à 500 mètres de l'emplacement de l'actuel dojo Honbu japonais (siège).  En 1957, il y avait 700 membres, malgré le taux élevé d'abandon en raison de la nature extrême de l'entraînement.  Les karatékas d'autres styles y viennent pour s'entraîner, en particulier pour le jis-sen kumite (combat plein contact).  L'un des instructeurs originals, Kenji Kato, a dit qu'il allait observer ceux provenant d'autres styles et adopter toutes les techniques qui « seraient utiles dans un vrai combat ».  C'est ainsi que le karaté de Sosai Masutatsu Oyama a évolué.  Il a incorporé des techniques de tous les arts martiaux et ne se borne pas seulement au karaté.  Les étudiants de Sosai Masutatsu Oyama ont pris leur kumite au sérieux parce que c'était un style avec contact direct.  Ils s'attendaient à frapper et à être frappé.  Il y avait peu de restrictions et attaquer la tête était commun, généralement avec le talon de la paume ou avec les jointures enveloppées par une serviette.  Attraper quelqu'un, le jetter par terre ou encore les attaques dans les parties étaient des techniques courantes.  Les combats se poursuivaient jusqu'à ce qu'une personne reconnaisse clairement sa défaite.  Les blessures se produisent sur une base quotidienne et le taux d'abandon est élevé (plus de 90%). Il n'y avait pas de dogi officielle et ils portaient ce qu'ils avaient.

Bobby Lowe – le premier Uchi Deshi de Sosai (1929-2011)

sosai oyama lowe

En 1952, Sosai Masutatsu Oyama a fait une démonstration à Hawaii.  Un jeune Bobby Lowe fut stupéfait par la puissance de Sosai Masutatsu Oyama.  Bobby Lowe était très expérimenté dans les arts martiaux lui-même.  Malgré sa jeunesse, ses propres accomplissements étaient presque aussi nombreux que ceux de Sosai Masutatsu Oyama.  Son père avait été un instructeur de Kung Fu et il avait participé à tous les arts de combat qu'il avait pu trouver.  À l'âge de 23 ans, il a été Yondan de judo, Nidan en Kempo, Shodan en Aikido et un boxeur très renommé.  Il ne fut pas longtemps avant que Bobby Lowe devienne le premier uchi deshi de Kyokushin (étudiant vivant avec lui) de Sosai Masutatsu Oyama.  Il s'est entraîné quotidiennement avec Sosai Masutatsu Oyama pour un an et demi.  Finalement, l'entraînement des uchi deshi devint « 1000 jours pour le début ».  Ces uchi deshi sont devenus populaires sous le nom de Wakajishi ou « les jeunes lions » de Mas Oyama et seulement quelques-uns des centaines de candidats étaient choisis chaque année pour avoir le privilège de suivre cette entraînement à plein temps avec le Maître.  En 1957, Shihan Bobby Lowe retourna à Hawaii pour ouvrir la première école d'Oyama à l'extérieur du Japon.

Le début du Kyokushin

Le siège mondial actuel a été officiellement ouvert en juin de 1964 et c'est là que le nom Kyokushin, qui signifie « la vérité ultime », a été adopté.  À partir de cette date, le Kyokushin a continué à se propager dans plus de 120 pays, avec plus de 12 millions d'inscriptions, ce qui en fait l'une des plus grandes organisations d'arts martiaux dans le monde (information de 1994).  Les Yudansha Kyokushin (ceintures noires) les plus connues sont Sean Connery (Shodan), Dolph Lundgren (Sandan et ancien champion australien de poids lourd), Georges St-Pierre (champion UFC), Michael Jai White (acteur) et Sonny Chiba (Kill Bill).

Après Sosai

Malheureusement, Sosai Mastutatsu Oyama est mort du cancer du poumon (il était non-fumeur) à l’âge de 70 ans le 26 avril 1994, laissant une organisation confuse qui s’est divisée.

shihan priere japon

 

Merci à Shihan John de nous partager cette histoire.
http://www.westislandkarate.com/sosai.fr.html

Facebook CKP

YouTube Videos

Ou nous trouver...